Spiritualité carmélitaine

La spiritualité carmélitaine est le fruit de l'histoire mouvementée de l'ordre : érémitique à sa fondation, les frères carmes ont conservé de leurs fondateurs, et développé une spiritualité contemplative de rencontre avec Dieu. Cet ordre est profondément marial : dès le début de son histoire, la communauté naissante se place sous le patronage et la protection de la Vierge Marie à travers une appellation particulière : Notre-Dame du Mont-Carmel. Le scapulaire, porté dès la fin du XIIIe siècle par tous les membres de l'ordre, est le signe visible de ce lien de confiance et de dépendance du carme envers la Vierge. La prière silencieuse et solitaire des premiers ermites perdure encore aujourd'hui à travers l'oraison silencieuse qui a été au centre de nombreuses réformes dans l'ordre, mais surtout d'un grand nombre d'ouvrages pédagogiques rédigés tant par des frères carmes que par des carmélites. Si les noms des grands docteurs (Jean de la Croix, Thérèse d'Avila, Thérèse de Lisieux) ainsi que leurs ouvrages sont bien connus, y compris en dehors de l'ordre, ils ne sont pas les seuls à avoir écrit sur l'oraison. De très nombreux autres membres de l'ordre (carmes, mais aussi carmélites ou laïcs) ont écrit sur ce thème, faisant de ce mode de prière un point fort de la spiritualité de l'ordre. Pour le chrétien, l'oraison n'est pas une fin en soi, mais le moyen d'arriver à la contemplation, la rencontre avec Dieu et sa sanctification. La contemplation est liée à l'apostolat : contemplation et apostolat s'enrichissant mutuellement comme l'ont écrit de nombreux auteurs carmélitains. Ce point a été soulevé et défendu par de très nombreux auteurs mystiques qui ont indiqué avec force (dans leurs écrits) le lien fort entre la vie mystique du chrétien, son apostolat et même la « sainteté de l’Église ». Dans l'ordre du Carmel, l'apostolat ne se fait pas seulement par la prière, mais également par l'action, ainsi, de nombreuses congrégations religieuses, liées à l'ordre, ont une vocation apostolique concrète (soin des malades, éducation, formation), en plus de leur vocation contemplative.
Read more or edit on Wikipedia

main subject: Spiritualité carmélitaine

0
you are offline